Image
Igo Diarra et Bonaventure Soh Bejeng Ndikung
© DR

Igo Diarra et Bonaventure Soh Bejeng Ndikung nommés à la tête de la Biennale de Bamako

Photographie
Mis à jour le 12/04/2019

Les prochaines Rencontres de Bamako auront lieu du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020. Igo Diarra et Bonaventure Soh Bejeng Ndikung en seront respectivement délégué général et commissaire artistique.

Igo Diarra succède à Samuel Sidibé comme délégué général de la Biennale. Fondateur et directeur de la Galerie Médina à Bamako, Igo Diarra est l’initiateur du Festival International de Littérature de Jeunesse de Bamako « Kanla Kadi » et de l’Université d’été de la Culture, Bamako Symposium. Fondateur des éditions Balani’s, il édite plusieurs ouvrages de jeunesse, contes, bandes dessinées, romans et catalogues. Membre de l’OMEL - Organisation malienne des éditeurs du Mali - il crée et édite le jeu de l’entreprenariat culturel récente du Mali et de Bamako. Membre actif de plusieurs associations, il a été le premier secrétaire régional d’Afrique de l’Ouest pour Arterial Network et membre fondateur du réseau Kya.

 

Bonaventure Soh Bejeng Ndikung succède à Marie-Anne Yemsi, comme commissaire artistique de la 12e édition de la biennale. Né à Yaoundé au Cameroun, Bonaventure Soh Bejeng Ndikung est un curateur indépendant, directeur artistique et fondateur de SAVVY Contemporary à Berlin. Il a été commissaire général de la Documenta 14 à Athènes et Kassel et curateur invité à la Biennale de Dakar en 2018. Avec le « Miracle Workers Collective », il sera également curateur du Pavillon finlandais à la Biennale de Venise cette année. Il a par ailleurs été choisi comme directeur artistique de la quadriennale de Sonsbeek qui se tiendra en 2020 à Arnhem aux Pays-Bas.

 

Depuis sa création en 1994, la Biennale, initiée par les photographes Françoise Huguier et Bernard Descamps, a toujours bénéficié du soutien des partenaires français. En 2019, l’Institut français et l’Institut français du Mali contribueront à l’organisation de la manifestation avec un soutien financier et un apport en ingénierie culturelle.

 

 

Découvrir quelques œuvres de la Biennale de Bamako 2017-2018