Image
Festival de Locarno
© DR Festival de Locarno

Les films soutenus par l’Institut français au Locarno Film Festival

Cinéma
Mis à jour le 19/08/2019

La 72e édition du Locarno Film Festival s'est tenue du 7 au 17 août 2019

29 longs métrages ont été présentés dans les différentes sections, dont LA FIEVRE, en compétition internationale, réalisé par la brésilienne Maya Da-Rin qui a participé à la Fabrique Cinéma de l’Institut français en 2016 et obtenu l’Aide aux cinémas du monde la même année.

Deux autres films soutenus par l’Aide aux cinémas du monde (le fonds d’aide cogéré par l’Institut français et le Centre national du cinéma et de l’image animé) ont été présentés dans les différentes sections :  Yokogao (A Girl Missing) de Koji Fukada, présenté en compétition internationale et 143, rue du Désert de Hassen Ferhani (Algérie) dans la section cinéastes du présent.

 

LA FIEVRE de Maya Da-Rin (Brésil, France)

À Manaus, une ville industrielle au cœur de la forêt amazonienne, Justino, un amérindien de 45 ans, travaille dans un port de commerce. Sa fille se prépare à partir pour Brazilia afin d’y suivre des études de médecine. Confronté à la solitude de sa modeste maison et persuadé d’être poursuivi par un animal sauvage, Justino est saisi d’une fièvre mystérieuse.

Justino, a 45-year-old Desana native, is a security guard at the Manaus harbor. As his daughter prepares to study medicine in Brasilia, Justino is taken over by a mysterious fever.

 

YOKOGAO de Kôji Fukada (Japon – France)

Ichiko est infirmière à domicile. Un jour, un membre de sa famille enlève la petite-fille d'une de ses patientes. Ichiko est alors victime d'un lynchage médiatique initié par Motoko, une amie proche entretenant des liens ambigus avec elle. On observe la solitude d'une femme qui va tout perdre, ainsi que sa tentative d'une absurde vengeance.

 

143 RUE DU DESERT de Hassen Ferhani (Algérie – France- Qatar)  :

En plein désert algérien, dans son relais, une femme écrit son Histoire. Elle accueille, pour une cigarette, un café ou des œufs, des routiers, des êtres en errances et des rêves… Elle s'appelle Malika.